MAYOTTE : L’importance de la Culture de la Compétence… – Yasmina Aouny

MAYOTTE : L’importance de la Culture de la Compétence… – Yasmina Aouny

octobre 31, 2018 17 Par voxmayo

L’IMPORTANCE DE LA CULTURE DE LA COMPÉTENCE

Détenir un BAC+5 aujourd’hui, dans l’ère de la scolarisation de masse, est un élément insignifiant.

Par ailleurs, un diplôme, surtout universitaire, n’est qu’un débutLes connaissances, les savoirs et savoir-faire sont si vastes que quelques années d’un cursus universitaire ne suffisent pas à les approcher.

LORS DE LA CORRECTION DU BACCALAURÉAT DE SCIENCES ECONOMIQUES ET SOCIALES

Dans le cadre de mon métier, j’ai eu l’occasion de rencontrer des personnes qui ont une grande fierté de leur métier, par ce qu’elles l’ont obtenu, non pas par complaisance ou par assistanat, mais par concours. A l’occassion des corrections du Baccalauréat, j’ai eu en face de moi des collègues cultivés, très compétents et fiers d’eux, par ce qu’ils se sont accomplis, en comptant sur leurs efforts

Nos compatriotes « expats » n’ont pas que des qualités et les propos que je tiens ici concernent une partie seulement d’entre eux. Il me semble cependant nécessaire de les partager.

Croyez-moi, préparer un concours d’accès à la fonction publique est une rude expérience. Toute personne qui s’est donnée la peine d’en préparer un, autant de fois que nécessaire, jusqu’à ce qu’elle l’obtienne, mérite un profond respect.

En contact avec mes collègues donc, je n’ai pu m’empêcher de comparer les compétences de nos compatriotes « expats » à celles de l’écrasante majorité de nos frères et sœurs mahorais. 

Aujourd’hui, sur notre territoire, tenter de parler du dépassement de soi par la connaissance, de l’excellence, de la recherche du savoir, est perçu par beaucoup comme une forme de provocation.
Certains disent même : « vous croyez être les seuls à avoir fréquenté les bancs de l’université ou quoi ? à l’université, on y a été, nous aussi ! »

L’INCOMPÉTENCE DANS LA FONCTION PUBLIQUE LOCALE
.
En observant notre belle île toutefois, il nous faut admettre un triste constat. Bien sûr l’immigration clandestine et l’évolution démographique incontrôlées sont un véritable frein à notre développement. Mais le pire des freins, ce sont nos incompétences, nos limites, et notre refus de les combler.
A Mayotte, parmi les salariés de nos collectivités, combien ont été recrutés par voie de concours ou ont, au cours de leur carrière, passé des concours afin d’évoluer dans leur carrière ? combien comprennent la gravité des termes « intérêt général » et « service public » ?

L’INCOMPÉTENCE DE NOS POLITICIENS

L’incompétence sévit également dans les milieux politiques locaux. Nous avons des figures telles que les députés Ibrahim Aboubacar et Mansour Kamardine et le Sénateur Thani, nous avons aussi des maires, tels que Anchiya BAMANA et Harouna COLO, mais à côté de ceux-là, je n’oserais pas vous révéler le CV de bon nombre d’élus.

Le CV n’est bien sûr pas un rempart contre les nombreuses dérives liées à la détention du pouvoir, il constitue tout de même un début de rempart !

On s’offusque face à certains actes de mépris (condamnables et regrettables), venus de Paris et parfois de hauts fonctionnaires mutés chez nous ( le préfet Morsy s’est bien illustré dans ce domaine), mais nous en servons-nous pour nous remettre en question et pour y remédier, ou nous contentons-nous uniquement de nous indigner ?

La meilleure manière, pour nous mahorais, de servir notre territoire, est de nous former, autant que faire se peut, dans le domaine qui est le nôtre. Ainsi, et seulement ainsi, notre territoire rayonnera.

Ne dit-on pas que l’on n’est mieux servi que par soi-même ?

    ..nos parents, visionnaires

Ceux qui serviront au mieux notre île, ce sont ses enfants. Si nous avons en grand nombre des ingénieurs, des médecins, des historiens, des maçons, des professeurs etc.. alors, il est impossible que l’on échoue, car l’excellence s’infiltrera de partout pour éclairer les intentions et les décisions. 

Les politiques relatives à la formation des mahoraises, des mahorais ne viendront pas de Paris, elles devront être proposées par nos élus locaux et être défendues, collectivement, à Paris.

Nos parents, visionnaires, ont attribué un caractère quasi sacré aux savoirs, chaque enfant mahorais qui rentrait diplômé était, par eux, honoré, Soroda ou Serre-la-main, Mngwana ou Mchendzi.

Il était placé là où ses compétences servaient au mieux les intérêts des mahorais

Aujourd’hui, plus que jamais, il est indispensable que chaque compétence soit placée elle sera la plus efficace et que chacun ait la modestie de reconnaître ses limites…

Je termine mon propos en disant ceci : Je ne fais aucune différence entre un criminel et une personne qui occupe une fonction publique (santé, éducation, formation, mandat politique, aménagement, information….)

dont elle se sait incompétente et/ou qui se permet de s’asseoir sur ses acquis, alors même que des administrés attendent d’elle qu’elle réponde à leurs attentes légitimes.

Wa salam…

Partagez cet article



Facebook
27 août 2016 

SIGNEZ  LA PÉTITION ICI…

E_mail: contact@francemayotte.fr

MAYOTTE : Sommes-nous prêts à rendre notre société meilleure ?.. – Yasmina Aouny

Le tourisme politique à Mayotte – par Estelle Youssouffa

MAYOTTE : Réformateurs de l’intérieur,.. Mobilisez-vous !

MAYOTTE : Depuis la loi Jules Ferry du 28 mars 1882, l’instruction est obligatoire… – Estelle Youssouffa –

Le député Mansour Kamardine vient de passer la nuit … devant le Service des Etrangers…

COMORES : Collectif de la 3ème voie,.. une stratégie nationale pour résoudre la question de Mayotte…

Qu’est ce que « les îles Comores » ?.. – Daniel Martial Henry

ZAINA M’ DÉRÉ : Le Déni de Commémoration (Vidéo…) – par Yasmina Aouny

MAYOTTE : Sortez de l’ombre et donnez un peu de votre amour,.. à notre Mayotte meurtrie par la trahison,.. de ceux qui gouvernent la France d’aujourd’hui…