MAYOTTE : Le projet départementaliste s’est transformé en sentier de dépendance …

MAYOTTE : Le projet départementaliste s’est transformé en sentier de dépendance …

mars 29, 2019 1 Par voxmayo

Toute la vie politique mahoraise tourne autour de deux mantras répétés à l’infini : département et immigration.

Mais jamais les partisans de Mayotte-française n’arrivent pas à faire le lien entre les deux : « c’est la richesse relative du territoire, alimentée par les transferts nets de la métropole,

qui constituent un appel d’air irrépressible pour les populations les plus pauvres de la sous-région, abandonnées par leurs gouvernements corrompus. »

Le mot d’ordre « Département » pouvait avoir un sens dans les années 70, à une époque où le Quai d’Orsay envisageait encore sérieusement qu’il serait possible, avec l’appui des notables locaux, de manipuler le vote des mahorais en faveur de l’indépendance.

 

Mais après que le gouvernement français a pris la décision unilatérale de garder Mayotte, la médiocrité des élites politiques mahoraises les a empêchées de réfléchir aux moyens d’assurer un développement endogène de l’île.

Le projet départementaliste s’est transformé en sentier de dépendance.

En promettant que l’État français allait déverser des valises de billets si on votait pour le département il y a dix ans, les élus de Mayotte ont fait de notre île un pays de mendiants.

Une mendicité qui s’est faite même agressive à l’occasion des mouvements sociaux de 2011 et 2018.

C’est pourquoi, même si je n’ai pas grand-chose en commun avec elle, je voudrais saluer l’examen de conscience mené actuellement par l’élue de Dembeni, Bichara Bouhari Payet.

  Bichara Bouhari Payet

Jusqu’à présent, je regardais sa dénonciation des turpitudes du Conseil départemental avec circonspection : elle qui n’est pas exactement un poussin de la dernière pluie, pourquoi avoir attendu si longtemps pour dénoncer l’incompétence, la gabegie et la corruption de l’oligarchie locale ?

Et elle-même, pouvait-elle s’exonérer aussi facilement de toute critique ?

Dans un long post publié aujourd’hui à la suite de son passage à la radio, elle revient sur les dix ans de la départementalisation et elle apporte deux précisions importantes pour l’histoire nationale de Mayotte :

  • 1 ** D’une part, elle confirme la tenue d’une réunion à l’époque au Conseil général, au cours de laquelle, je cite : « Les élus Mahorais n’avaient pas voulu que l’on dise « CLAIREMENT LA VÉRITÉ AUX MAHORAIS »,

c’est-à-dire, les inconvénients d’un « STATUT D’UN DÉPARTEMENT FRANÇAIS » parce que les ces derniers risqueraient de le « VOMIR » d’après eux et cela risquerait d’être un « ÉCHEC » pour les élus. »

  • 2 ** Et d’autre part, elle nous dit que ce sont bien les élus mahorais qui ont menti délibérément à la population. L’État français, lui, n’avait rien promis, et rien caché des difficultés qu’engendrerait la départementalisation.

 

Je cite encore : « Non seulement nous ne devrions pas leur parler d’inconvénients mais il fallait même surveiller ce que disait « LE PRÉFET DE L’EPOQUE », dans ses tournées organisées dans les différentes communes puis faire les comptes rendus.

Effectivement, ce dernier faisait son travail en toute « HONNÊTETÉ » malgré que les élus maires évitaient de mobiliser trop de monde pour aller écouter « SON MESSAGE ». »

L’élue départementale assume son choix du statut de département, ce qui est bien sûr respectable, mais considère aujourd’hui qu’il aurait fallu donner toute l’information disponible pour que les populations de Mayotte puissent se préparer sereinement aux changements qui les attendaient.

Et c’est la bonne méthode : si vous voulez que les Mahorais se comportent comme des adultes, il faut leur parler comme à des adultes.

Mais peut-être que ce jour-là, le peuple Mahorais décidera qu’il n’a plus besoin des élus, et qu’ils peut très bien définir ses propres choix de vie.

En toute autonomie.

 

Partagez cet article

Facebook

Frédéric Combelle
le 29 Mars 2019

Mise en forme : YKK

 

MAYOTTE / CALÉDONIE : Drôles de ressemblances historiques françaises…

MARINE : Voici son Interview à la télévision à .. Mayotte … (Vidéo..)

GRAND DÉBAT : Comment faire baisser le Coût du transport aérien, entre Mayotte et la France ?..

GRAND DÉBAT : .. le toilettage institutionnel ?.. les Mahorais ont-ils été consultés ?.. Où est la vérité ?.. ( Vidéo.. )

GRAND DÉBAT : ..Toilettage institutionnel .. un Décryptage ?.. (vidéo..) – par Estelle Youssouffa

MAYOTTE : La nécessité d’une Loi pour le développement « inclusif » et durable, de Mayotte … – par Zaïdou Bamana

GRAND DÉBAT : « Hold-Up » à la SIM,.. le mot est-il juste ?..

FRANCE-COMORES : .. un assouplissement des conditions de visas signé en… avril 2011 !..

MAYOTTE : « Hold-Up » à la SIM,.. la partie émergée de l’iceberg … il faut protéger les lanceurs d’alerte !..

MAYOTTE : « .. il faut que le Président prenne ses responsabilités .. et démissionne de son poste … »

MARINE : Voici son Interview à la télévision à .. Mayotte … (Vidéo..)

LA VÉRITÉ : « Soyons honnêtes,.. et n’ayons pas peur de nommer les choses … »

ACCUSÉ LEVEZ-VOUS !..

CORRUPTION : L’excellence et l’harmonie contre la médiocrité et la division,.. Soyez d’une intégrité sans failles …

Nous devons,.. REFUSER le toilettage institutionnel … (vidéo..)

FRANCE-COMORES : .. un problème majeur,.. un sempiternel chantage …

EAU : Le contrat DSP de l’eau potable,.. une plainte au pénal serait justifiée …

MAYOTTE : « Hold-Up » à la SIM,.. la partie émergée de l’iceberg … il faut protéger les lanceurs d’alerte !..

ABDOU RAZAK Soyfoudine : “L’espoir..” …

 

 

Isac Hamid Le « un pays de mendiant » qui tacle bas, je vous rappelle que les mahorais bossent au même titre que tous les habitants des autres régions françaises.. Sinon c’est ça c’est exactement ce que personne n’a l’air de se dire à Mayotte

Masquer ou signaler ceci

Frédéric Combelle Isac Hamid Alors non, pas au même titre que tous les habitants des autres régions françaises ! Il n’y a pas beaucoup de départements qui emploient 3 000 salariés pour 250 000 habitants. Même la Corse, qui est la région la plus pauvre et la plus clientéliste n’est pas aussi dépendante des transferts publics. Et il n’y a pas non plus beaucoup d’endroits où une productivité comorienne est payée d’un salaire français.

Masquer ou signaler ceci

Haut du formulaire

Répondez…

 

 

 

 

 

Bas du formulaire

Yazidou Maandhui Quelle vérité ? Les Mahorais ont voté en premier lieu pour l’accession de Mayotte au DROIT COMMUN (l’inscription de Mayotte dans l’article 73). Là-dessus, aucun échec. Les Mahorais était conscients à l’époque de deux mouvances: Marcel Henry d’un côté qui voulait à juste titre le Droit Commun au même titre que les autres DROM (la Réunion était le modèle) et Bamana de l’autre qui, devant les sempiternelles réticences des gouvernements successifs, a préféré à juste titre aussi une « évolution vers le statut de Département ». La collectivité unique était un pis-aller car effectivement un statut sui generis qui pioche dans les avantages du 74 tout en restant dans le 73 (loin du modèle Réunion/Guadeloupe). Quelle vérité ? C’est plutôt le fantasme de certains de nos compatriotes métropolitains persuadés que le statut de Département n’était pas bon pour Mayotte: ils brandissaient la menace des impôts (les devoirs) mais jamais ne parlaient-ils des avantages en terme de stabilité statutaire, de Droit Commun, de prestations sociales (surtout pas). Ils étaient incapables ces anti-Département de nous expliquer en quoi ce n’est pas le bon statut. Pourtant, les prestations spéciales dont le rattrapage est allé sur 25 (une génération) n’ont jamais été la priorité des mahorais. Pourtant, « les devoirs tout de suite mais les droits étalés sur 25 ans pour ne déstabiliser la société Mahoraise » n’a jamais posé réellement problèmes aux Mahorais. Toutefois, ce qui aujourd’hui inquiète les Mahorais c’est de rendre compte que le DROIT COMMUN au final est devenu un peu fragile avec le statut de « collectivité unique » et nous les jeunes en tout cas demandons la sortie de cette « collectivité unique » et non du DROIT COMMUN, pour évoluer vers un DROM à l’instar de La Réunion et Guadeloupe. En modèle Guyane /Martinique ne convient pas à notre contexte. Arrêtez de fantasmer sur des « vérités cachées. » Les Mahorais ont eu raison d’opter pour le Droit Commun.

1

Masquer ou signaler ceci

Haut du formulaire

Votre commentaire…